FERMER LES PORTES AU DIABLE… (suite)

Pensée du Jour n°0053 du Lundi 8 Juin 2020

Texte : Éphésiens 4 : 27

Références :  2 Corinthiens 2/11 ; Néhémie 13/4 ;

En langage condensé, cela veut dire qu’avant la croix, le diable était à vaincre. Après la croix, il faut dire qu’il a été vaincu. Malgré tout, il faut rester prudents bien se rappeler que, même si les chrétiens ne peuvent pas être livrés arbitrairement à la puissance du diable dont ils ont été délivrés, celui-ci reste leur adversaire et leur ennemi, celui qui veut sans réserve leur perte et leur chute spirituelle. C’est dans sa nature de chercher à détruire, car il est meurtrier (Jean 8/44). C’est la raison pour laquelle, sans tomber dans la psychose à ce propos, il faut quand même savoir qu’il guette sans relâche ceux qui pourraient devenir sa proie. Jean 10/10 : Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

2. LES ACQUITS DU CHRETIEN PAR RAPPORT AU DIABLE.

2.1. Ces acquits résultent de la victoire du Seigneur.

Jean 14/30 : Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi. Jean 12/31 : Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. Jean 16/8 : Et quand le Consolateur sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. Jean 16/11 : le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.

2.2. La vie d’avant la conversion se caractérisait par l’emprise du diable sur tout homme.

Éphésiens 2/1 : Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. L’emprise du diable n’est pas obligatoirement la possession démoniaque, mais le fait d’entraîner l’homme à vivre selon son principe, celui de l’insoumission par rapport à Dieu. Dans ce cas, le mot « possession » est à prendre au sens figuré…

2.3. Christ à la croix a porté la condamnation.

Galates 3/13 : Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois. Colossiens 1/12 : Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.

2.4. La foi délivre des hypothèques du diable.

Actes 10/38 : Dieu a oint d’Esprit Saint et de puissance Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient sous l’oppression du diable ; car Dieu était avec lui. Romains 8/1 : Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

2.5. Il y a un combat à livrer pour rester dans la foi et vaincre les tentations.

Apocalypse 12/10 : Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Apocalypse 12/11 : Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. 1 Pierre 5/8 : Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Éphésiens 6/14 : Tenez donc ferme, ayant ceint vos reins de la vérité, et ayant revêtu la cuirasse de la justice… (Bible Darby) La conduite à tenir se résume à rester fermes et vigilants.

3. DES PORTES A NE PAS OUVRIR.

3.1. Une situation qui est un cas de figure représentatif de beaucoup d’autres.

Juges 5/7 : Les chefs étaient sans force en Israël, sans force, quand je me suis levée, moi, Débora, quand je me suis levée comme une mère en Israël. Il avait choisi de nouveaux dieux : alors la guerre était aux portes ; on ne voyait ni bouclier ni lance chez quarante milliers en Israël. L’ennemi est venu harceler Israël jusqu’à ses portes à cause de la désobéissance et du péché du peuple et de ses conducteurs. De plus, il y avait une absence totale d’armes qui auraient permis d’envisager de se défendre.

3.2. La bonne réaction.

Juges 5/9 : Mon cœur est aux chefs d’Israël, à ceux du peuple qui se sont montrés prêts à combattre. Bénissez l’Éternel ! … Que de leur voix les archers, du milieu des abreuvoirs, célèbrent les bienfaits de l’Éternel, les bienfaits de son conducteur en Israël ! Alors le peuple de l’Éternel descendit aux portes. Le peuple s’est ressaisi pour descendre aux portes afin de fermer toute possibilité d’accès.

Abonnez-vous pour recevoir nos prochains articles

close

Laisser un commentaire