FERMER LES PORTES AU DIABLE… (suite2)

Pensée du Jour n°0054 du Mardi 9 Juin 2020

Texte : Éphésiens 4 : 27

Références :  Juges 5/13 ; 1 Timothée 3/6 ; 1 Timothée 5/14;

3.3. Un résultat évident.

Juges 5/13 : Alors un reste du peuple triompha des puissants, l’Éternel me donna la victoire sur les héros.

4. QUELQUES EVOCATIONS POUR DONNER DES NOMS AUX PORTES A NE JAMAIS OUVRIR.

Il est impossible de passer en revue tous les cas de figure possibles. Évoquons seulement un certain nombre de « cas d’école ».

4.1. Principe général.

Une expression populaire dit qu’il ne faut pas « se donner des bâtons pour se faire battre. » On peut lui en adjoindre une autre qui recommande de

ne pas prêter le flanc à l’adversaire. « Se jeter dans la gueule du loup » correspond aussi à ce qu’il ne faut jamais faire. 1 Timothée 3/6 : Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre (le discrédit) et dans les pièges du diable. « Que ce ne soit pas un converti de fraîche date, de peur qu’il ne se laisse aveugler par l’orgueil et ne tombe sous une condamnation semblable à celle encourue jadis par le diable. Finalement il doit aussi avoir un bon renom parmi ceux qui ne font pas partie de l’Église et jouir de leur estime, sinon il risque de donner prise aux calomnies et de s’exposer au mépris public. Il tomberait ainsi dans le piège dressé par le Calomniateur, c’est-à-dire le diable. » (Parole vivante) 1 Timothée 5/14 : …qu’elles ne donnent à l’adversaire aucune occasion de médire. Ce sont les lacunes faites à la sanctification qui sont souvent à l’origine des accès donnés au diable, comme l’indique bien le texte cité en annonce de cette étude, avec son contexte. Éphésiens 4/17 : Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées… Éphésiens 4/20 : Ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. C’est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ; car nous sommes membres les uns des autres. Si vous vous mettez en colère, ne péchez point ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère. Éphésiens 4/27 : et ne donnez pas accès au diable. Éphésiens 4/28 : Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Éphésiens 4/31 : Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. Les portes ouvertes sont autant de brèches faites dans les murs de protection du chrétien ainsi que dans sa cuirasse le rendant ainsi vunérable et fragile. La brèche est une ouverture qui fait penser à une blessure, une déperdition de forces, un trou, une fracture.

4.2. La porte du péché et de la désobéissance.

C’est un principe général qui consiste à dire que si la soumission à Dieu est la clé de la vie de victoire, la désobéissance est la porte ouverte à la défaite. Voici des exemples particulièrement frappants : Saül avait désobéi sans se repentir ensuite alors qu’il aurait pu le faire. Ensuite, il a ouvert la portes des mauvais sentiments entretenus contre David. 1 Samuel 16/14 : L’esprit de l’Éternel se retira de Saül, qui fut agité par un mauvais esprit venant de l’Éternel. Noter qu’il n’y a pas eu de cohabitation entre le mauvais esprit et l’Esprit de Dieu. Ananias et Saphira avaient menti et avaient persévéré dans cette attitude. Actes 5/3 : Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ? Actes 5/5 : Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs. Le rôle de Satan ne minimise pas la responsabilité personnelle d’Ananias et Saphira.

4.3. La porte du doute accepté qui conduit à des paroles et à des attitudes qui ne conviennent pas à la foi.

Exode 17/7 : Il donna à ce lieu le nom de Massa et Meriba, parce que les enfants d’Israël avaient contesté, et parce qu’ils avaient tenté l’Éternel, en disant : L’Éternel est-il au milieu de nous, ou n’y est-il pas ? La conséquence de la porte ouverte : Exode 17/8 : Amalek vint combattre Israël à Rephidim.

close

Laisser un commentaire